2021, année d’inaction ou année du réveil ?

Notre tribune dans le journal municipal n° 134 daté de janvier


Depuis les vacances d’été, deux conseils municipaux, et seulement trois prévus pour le premier semestre 2021. En comparaison, le conseil de l’Agglo, avec une fois et demie plus de conseillers, s’est réuni et se réunira deux fois plus souvent.
Monsieur le Maire nous avait annoncé la présentation des objectifs du mandat en septembre. Notre groupe les a réclamés en octobre puis en décembre. En janvier, toujours rien. Il faudra attendre février et le débat d’orientation budgétaire. Heureusement, ce débat ne pourra pas être repoussé, il est inscrit dans la loi.
Alors quoi ? La majorité manque-t-elle à ce point d’idées ou de projets ? Veut-elle diriger en catimini, loin du débat public ?
Le début d’année est celui des vœux. Souhaitons avoir en février la présentation d’un budget ambitieux pour 2021, des perspectives pour les années suivantes, le tout assorti de la vision de la majorité sur l’évolution de notre ville.
Très belle et bonne année à tous !

Appel à une ambitieuse vision territoriale

2020-07-13_11h20_26A l’occasion de la mise en place du nouvel exécutif communautaire de notre Agglomération, nous souhaitons lancer un appel à une véritable vision et une véritable ambition pour notre territoire.

Il ne s’agit pas de remettre en cause ce qui est fait, mais plutôt de pointer ce qui ne l’a pas été.

Notre Agglo, c’est une petite partie de notre bassin de vie. Osons travailler avec EPCI, les communes et les habitants de ce bassin de vie, dans le respect mutuel, pour définir collectivement un projet permettant à chacun de conserver durablement son identité.

Créons ou recréons la confiance.

Ne laissons pas le Beaujolais Val de Saône devenir une banlieue résidentielle sans âme ou les zones pavillonnaires, commerciales et industrielles s’enchainent à l’infini.

À titre d’exemple, et de façon non limitative :

  1. Faisons que la croissance sans fin de la population ne soit pas la seule option de développement des communes rurales.
  2. Organisons, au sein du bassin de vie, l’articulation des implantations d’activités industrielles, agricoles-viticoles/loisirs/tourisme en fonction des communes, de leur identité, de leur histoire et de leur projet (voir 1 et 3).
  3. Aidons les villages à se protéger de l’étalement urbain sans renoncer à se développer et à offrir une qualité ‘’urbaine’’ de service à leurs habitants
  4. Préservons le foncier agricole et forestier, pour développer la production locale, les circuits courts, et les activités de loisirs ‘’au grand air’’.
  5. Organisons en cœur de ville et de villages les débouchées pour les cultures vivrières locales.
  6. Incitons à la création les évènements et construisons les infrastructures et les mobilités douces (…) qui feront de notre bassin de vie une terre de bienêtre et de bien vivre.

Nous avons bien conscience que l’urgence économique lié à la crise sanitaire et que les dossiers techniques vont occuper notre exécutif et notre assemblée, dans les prochaines semaines.

Mais ces enjeux de court terme, pour important qu’ils soient ne doivent pas nous empêcher de lever la tête et de penser à ce que doit ressembler notre Agglomération et plus largement notre bassin de vie dans dix ans.

Retrouvez le texte intégral de l’appel : ICI

 

Faire de chacun des 9 quartiers de Villefranche, un village dans la ville

Avant de vivre dans une ville, nous vivons dans un quartier. Villefranche, c’est 9 quartiers dont nous voulons faire les briques élémentaires de la rénovation de la ville.

Un quartier, c’est d’abord un cœur, le lieu de rassemblement et de rencontre naturelle des habitants, selon le cas, autour d’une place emblématique, d’un ensemble de commerces, de l’école, du parc ou du terrain de sports…

Rendons le quartier à ses usagers, encourageons et soutenons leurs initiatives.

Finissons-en avec ces quartiers insipides, à la circulation anarchique et sclérosée, où l’on est nombreux sans jamais se rencontrer.